Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le journal de Retro-G

Le journal de Retro-G

Menu
Critique : Percy Jackson et le voleur de foudre

Critique : Percy Jackson et le voleur de foudre

Une nouvelle aventure littéraire

Bien que pas aussi mémorable que la saga des Harry Potter, je me souviens que je n'ai pas détesté le film de Percy Jackson. Quand mes beaux-parents m'ont donnés une carte cadeau du Archambault pour nos 5 ans à moi et ma blonde j'ai décidé de me gâter et de me l'offrir sans savoir à quoi m'attendre vraiment.

Pour ceux qui ne me connaisse pas, je lis autant de l'horreur, du drame, des biographies que des livres plus aventure et coloré. Je suis un fan de Stephen King et de J.K. Rowling à la fois. Je peux tout aussi bien lire de la BD aussi du style Donjon de Naheulbeuk que de lire un manga ou la saga plus adulte de Merlin.

Je m'attendais à un livre plus enfantin, c'est coloré, plein légende sur les dieux grecques. C'est plutôt fidèle au film. Je dénote par contre des personnages pas super marquant, un peu vide par moment. Certain personnage manque de profondeur. J'ai le 3/4 du livre de lut, j'ai beaucoup l'impression que les personnages n'évolue pas. Contrairement à la série de Harry Potter, et loin de moi l'idée de vouloir comparer nécessairement les deux, on ne passe pas par dix milles émotions en lisant le livre. C'est bon par contre, l'histoire est intéressante, je décroche de ma journée quand je lis ce livre car c'est léger et une belle aventure. J'aime l'image qu'on se fait des personnages et j'ai vraiment envi de lire les autres tomes.

L'histoire tourne autour de Percy Jackson, un enfant dyslexique à problème qui passe d'un école à un autre. Il est ami avec Grover, un jeune handicapé. Un jour, durant une visite dans un musée, il est attaqué par un de ses professeurs qui se transforme en créature. Forcé de fuir avec sa mère et Grover, sa mère est tuée et il se retrouve dans un camp de vacance pour enfants issu de l'union d'un dieu de l'Olympe et d'un mortel. La plupart ignore qui est leur parent-dieu, mais Percy apprendra rapidement que son père est Poséidon et qu'il contrôle quelques pouvoirs issu de l'eau.

Quand la foudre est volé et que Poséidon est soupçonné, il fait appel à son fils pour retrouver le coupable et ramener la foudre au sommet de l'Olympe. Il part avec son protecteur, qui est Grover, un être à demi-humain et à demi-chèvre qui cachait son état sous de fausse jambe, et de la fille d'Athéna, une jeune assoiffée d'aventure.

Je conseil le livre pour quiconque aime les aventures plus légère, un peu comme un conte. C'est divertissant, rafraîchissant et on s’endort avec un univers coloré en tête. Sans être joyeux, c'est le genre d'histoire qui nous fait décrocher du monde réel et qui ne nous en impose pas un ou tout est noir ou tout est rose. Une aventure, c'est purement ce que c'est.